capitalisme, flux migratoires et révolution africaine

Publicités

Retour et métamorphoses du droit de glanage, racine historique des Communs

Voilà un sujet que je n’avais encore jamais vu abordé avec autant de recherche, de quoi faire réfléchir sur un thème qui pourrait bien devenir de plus en plus commun.

- S.I.Lex -

En décembre dernier, Libération a publié un intéressant dossier consacré aux multiples pratiques alternatives qui se développent dans la sphère non-marchande. Un chiffre en particulier avait alors retenu mon attention : celui selon lequel 20% des français se livreraient aujourd’hui à des pratiques de « glanage ».

Le «glanage» se répand ainsi de plus en plus, une pratique qui consiste à récupérer de la nourriture non ramassée dans les champs, à la fin des marchés, dans les poubelles des commerçants ou dans les conteneurs des supermarchés. Elle concernerait plus de 20 % des Français, selon une récente étude de l’Observatoire des pratiques de consommation émergentes (Obsoco), qui montre aussi que plus d’un Français sur deux est passé à l’achat de produits bio ou issus du commerce équitable, ainsi qu’à l’achat direct auprès des producteurs.

Lorsque l’on pense au glanage, ce sont généralement des images de scènes rurales qui nous viennent à…

View original post 2 829 mots de plus

Congo RDC, ou le massacre d’un pays dans un silence assourdissant.

Simple citoyen je suis, utopiste poursuivant des chimères comme la paix dans le monde, la coopération, le partage, la justice, l’anéantissement de la servitude à la domination de l’argent, le respect de notre terre et de ceux qu’elle nourrit, humains, animaux, végétaux, minerais et autres ressources naturelles bref un humain ordinaire, citoyen du monde.

Il y a tant et tant de causes, pour lesquelles modestement je tente de faire que l’information circule, Il y a tant et tant de causes que je n’aborde jamais d’ordinaire sur le blog premier que j’essai d’alimenter, celui ci, depuis peu le second, allant je crois, sans que ce soit prémédité, devenir l’endroit ou je parlerais de ce qui n’entre pas simplement dans le cadre du premier.

C’est au fil de mes découvertes, qu’arbitrairement j’identifie ce qui me semble mériter d’être relayé, en fonction soit de l’importance que j’attache déjà au sujet, soit parce que quelque chose de particulier vient me le rendre marquant et prégnant.

C’est ce qui vient de se produire au sujet d’une cause que je connais fort mal,  je la découvre en quelque sorte, car bien que j’en ai déjà entendu parler, il n’est pas possible de porter suffisamment d’intérêt à tout, pour en savoir suffisamment afin de prendre position avec assez de sérieux et d’objectivité. Les causes naturelles des conflits, guerres et autres luttes sont rarement simples, et comme si cela ne suffisait pas, il est maintenant avéré pour quiconque s’informe un tant soit peu que de nombreuses hostilités sont crées artificiellement, par et pour des intérêts tiers, qui usent et abusent de leurs influences et de leurs puissances pour manipuler entre-autres, des hommes d’États qu’ils ont eux même parfois générer artificiellement, comme des pions à leur soldes, en vue de tirer profit de certaines circonstances, qui vont leur être favorables, pour parvenir à certains objectifs, souvent mercantiles et inavouables.

Les côtés sombres et manipulateurs de la géopolitique, dont certaines des conséquences deviennent parfois terrifiantes et dramatiquement funestes, nous sont cachés généralement, mais ils finissent par être révélés. Parmi les contrecoups ou retour de manivelles, de ces ingérences, et de ces immixtions, l’exemple des retombées qui viennent de toucher la France, après qu’elles aient d’abord répandues horreurs et massacres, en d’autres pays, en est la mortelle démonstration, et pourtant même de telles démonstrations de représailles, ne suffisent pas à nous amener et nous obliger à ouvrir les yeux sur l’enchainement des conséquences des actes de nos dirigeants ou de ceux qui sont nos alliés, et que nous soutenons dans leurs emprises condamnables, sur des pays dont on veut modeler et orienter les décisions, et les actions.

C’est un imbroglio de cet ordre qui est visiblement à l’origine d’une situation d’horreur qui s’est abattu depuis quelques années sur le Congo, je ne maîtrise pas tous les tenants et aboutissant de cette histoire sanguinaire et d’une violence inqualifiable, mais ce dont je suis certains, c’est qu’elle ne peut pas être tue !

Je n’ai donc qu’un espoir, un seul but, une seule revendication en diffusant ce billet de blog, si possible donner de la visibilité à un scénario horrible qui nous ai caché, pour des raisons aussi indignes que celles qui en sont l’origine, ceci expliquant d’ailleurs peut-être cela !

Un drame absolue déchire un pays dont on tire profit, la République Démocratique du Congo, et on laisse faire, détournant les regards, feignant de ne pas connaitre les germes et les vecteurs de belligérances qui sont en train de mener pillages, viols, et meurtres par millions, depuis le début de ces crimes de guerre dont ce pays est victime dans un silence assourdissant.

Les médias en parle si peu, que même sur le net il y a peu d’informations, voici les quelques articles, dont on pourra dire à raison qu’ils datent pour certains, et quelques analyses, au sujet desquelles je vous laisse le soin de prendre vos propres informations.

Je ne prétends qu’une choses, tenter de mettre en lumière une situation qui ne doit plus rester sous silence, chacun se fera son opinion, chacun cherchera ce qu’il convient de penser des tenants et aboutissants, mais de grâce, ne laissons pas ce cauchemar perdurer.

RDC, un génocide méconnu

 

RD CONGO : Les massacres, les mensonges et le génocide des Congolais

Rwanda – RDC: les dessous d’une guerre larvée

Le film à la gloire de Denis Mukwege, le gynécologue qui ‘répare’ les femmes violées, interdit en RDC

RD Congo – Rwanda : L’épouvantail « FDLR » et les vérités inavouables

Congo : Comment et pourquoi 6 millions de morts sont placés sous silence (Vidéo)

Congo : comment 6 millions de morts peuvent-ils être placés sous silence médiatique ?

 

Démocratie représentative, voter = élire, pour quelle représentation ?

Aujourd’hui je ne vais pas aller voter, comme je le faisais depuis très longtemps, assidument, et systématiquement, parce que j’ai toujours cru que c’était ça la démocratie, pourquoi utiliser l’imparfait vous questionnez vous peut-être, car c’est bien la question que j’ai voulu faire germer dans l’esprit d’une lectrice ou d’un  lecteur qui passerait par là voir ce qui s’y dit, oui pourquoi l’imparfait ?

Parce que ces dernières années, au travers lesquelles, j’ai découvert de nombreux autres regards sur le monde et ses structures, politiques, industrielles, sociales, sociétales, plus d’un cheminement de réflexion se sont amorcés, remises en questions fondamentales d’un nombre considérable de choses, et parmi elles, la validité des formes de démocraties adoptées depuis des décennies, dans un grand nombre de pays, et tout particulièrement celle en place actuellement en France, qui est bien sûr prioritairement celle qui est l’objet de ce partage d’opinion.

démocratie cause toujours

J’ai d’abord rejoins une forme de pensée assez communément répandue, qui consiste à diagnostiquer que notre démocratie, et par conséquent bien d’autres qui fonctionnent grosso modo sur le même modèle pour simplifier les choses, serait malade, puis petit à petit au fil de recherches plus approfondies, une autre éventualité s’est faite jour, et si il ne s’agissait pas d’un symptôme de dégradation du principe de délégation de la gouvernance, mais plus essentiellement d’une  version impropre de la démocratie véritable dans ce quelle a comme fondement et but constitutif et primordial, permettre à la volonté du peuple, non seulement de s’exprimer, mais plus précisément encore, de gouverner, de gérer lui même les choix communs, les règles de vie en communauté, et de décider en commun des résolutions induites de conduite des affaires courantes, et des relations avec le monde extérieur.

Notre système de gouvernance n’a plus rien à voir avec ce principe fondamental de la démocratie, il s’agit au mieux d’une oligarchie, qui est même en train de s’éloigner de plus en plus de ses fondations idéologiques.

démocratie moins mauvais système

La démocratie représentative qui est ce modèle adopté depuis fort longtemps, démontre ses lacunes et ses contradictions, ceux qui sont sensés nous représenter, s’emparent d’un pouvoir de délégation, qu’ils usurpent à des fins partisanes, personnelles, et dont ils abusent pour la plupart sans plus jamais avoir à rendre de compte, et sans interroger leurs concitoyens, afin de connaître l’avis majoritaire qu’ils subordonnent à leur propre position.

Je ne participerais plus à cette supercherie, une phrase m’a traversé l’esprit hier qui dit ceci en forme de slogan :

Si tu me représente, présente moi !

Je vous engage à questionner ce que vous attendez d’une démocratie, et de l’attitude que devraient avoir des élus, dont la seule légitimité réside dans une forme de délégation de pouvoir qui n’autorise en rien à monopoliser celui ci et à le capturer.

Cette posture nouvelle pour moi, me désarçonne encore quelque peu, tellement de conditionnements ont créé une telle enclave, qu’il n’est pas simple de s’en extirper.

Mais alors que faire, car s’il n’est plus question de voter, donc d’élire, que faire ?

Je suis passé par une phase ou le vote blanc m’a paru être un choix possible, cette option ne me semble pas efficiente, dans la mesure ou le vote blanc n’est pas reconnu à sa vrai valeur, et surtout déconsidéré, ce qui annihile sa seule perspective active possible qui consisterait à invalider une élection si la majorité des électeurs s’abstenait, non plus de voter, comme c’es devenu le cas, mais d’élire.

Le principe démocratique qui voudrait que ce soit la majorité qui décide, est bafoué au points que lors de certaines élections, celles ou ceux qui se retrouvent en place, ont été soutenu par à peine 25% des électeurs, cela vous parait exagéré, faites un calcul simple et rapide, 50% de vote de la part de 50% de votant réel !

Il y a bien une question primordiale qui me taraude, et qui me pose un problème majeur, qu’est ce qui nous prouve que la majorité prendrait les meilleures décisions ? Je n’en ai pour ma part aucune idée, et ne prétendais en aucune manière avoir de certitude en réponse à cette interrogation, ou disons plutôt que ce que j’en pense, invaliderait, non plus seulement la notion de représentativité, mais le principe démocratique en lui même, alors que le postula actuel auquel je me réfère encore garde à ce principe d’une vrai démocratie en action, toute sa légitimité.

Clairement, je ne suis pas certain, et j’oserais même dire au contraire que je suis plutôt convaincu, que dans nombre de cas, la majorité s’égare pour diverses raisons, et que bien souvent ce sont des minorités, voir des individus qui sont mieux éclairés, mais là j’avoue que défendre cette posture est difficilement concevable, il me semble alors inévitable, de garder le principe démocratique comme base de réflexion, et solution d’alternative possible, à ce qui n’en est plus une.

En effet tant que l’application réelle d’une démocratie effective, dont les rouages restent à définir, n’a pas été expérimenté vraiment et sur une période suffisamment longue tout n’est que conjoncture et hypothèses.

Un nombre grandissant d’initiatives, qui ont même tendance à se multiplier, se propage, le point commun à la plupart d’entre elles, en appelle à une reprise du pouvoir par le peuple, divers moyens sont envisagé pour y parvenir, la plupart se rejoignant sur un point celui de la réécriture de la constitution, tout au moins d’une rectification majeure de celle ci afin de passer à une autre forme de gouvernance. Je sens poindre malgré l’assentiment que j’accorde à cette vision, certains dangers, notamment celui de dérives possibles et de tentative de récupération par des esprits mal intentionnés.

définition démocratie

Je défends toutefois cette orientation possible, pour laquelle il faudrait alors qu’un mouvement majeur se développe, afin qu’au final, si toutefois une telle possibilité venait à se révéler active et entérinée, il y ait bien la plus large participation effective. Ce n’est que si une très large majorité des citoyens s’empare de cette opportunité, que celle ci pourrait devenir valide et légitime, or à mon grand regret, elle n’est pour l’instant encore portée que par des minorités, ne parvenant même pas à s’unir pour une telle cause, ce qui en dit long sur le chemin qu’il reste à parcourir pour qu’un véritable changement de rapport avec la gouvernance ne soit réellement tangible.

Au royaume des utopies, comme vous pourrez le constater j’occupe une place de choix, mais les utopies d’hier, sont les réalités d’aujourd’hui.

Comme un nouveau départ, vers l’enfantement d’un monde, celui qu’on pourrait faire ensemble !

Le besoin impérieux de communiquer, de partager mes découvertes éparses, mes avis du moment, mes questions innombrables, mes incertitudes évolutives, mes convictions sans cesse remisent en causes, dans l’espoir d’entraîner avec moi des prises de conscience productives d’effets de transformations vers un avenir revisité, révolutionné, réhumanisé, dont la gestation est maintenant irréfutable, mais qui va avoir besoin d’être soutenu, défendu, encouragé, m’amène à débuter ce nouveau blog.

0 bienvenue jaune gif animé

Vous toutes et tous qui passerez par là pour me lire soit un jour comme ça par un détour inhabituel lié à un thème en particulier, soit épisodiquement en fonction des sujets abordés, soit plus régulièrement pour diverses raisons, sachez, que ce qui me motive est le désir sincère de voir émerger une réévolution pacifique qui s’extirperait des maux du présent monde dont la fatalité n’est pas inéluctable.

Le monde de demain sera celui que l’on fera, ou celui qu’on laissera faire !

Il me semble prioritairement essentiel car vital et digne de préserver et protéger notre terre, source de tout ce qui nous permet d’être en vie, de trouver nourriture et matières premières pour nos besoins les plus essentiels, ce dont nous nous sommes écartés dangereusement depuis quelques décennies, plus particulièrement dans nos contrées occidentales, les raisons en sont multifactorielles, elles sont pour le moins discutables et sujettes à remises en questions.

Au delà de ce thème majeur et premier qui sera évoqué régulièrement sur ce blog, et parce que tout est important, et que tout peut avoir un lien plus ou moins étroit avec l’ensemble de ce qui détermine nos vies, j’aborderais au gré de mes humeurs ou de l’actualité diverses thématiques, pouvant aller de la science et ses externalités, jusqu’à la politique et ses méandres.

Très curieux, et surtout convaincu que tout est lié, que nous sommes liés, je m’exprime donc sur de nombreux sujets, qui me semblent devoir évoluer pour s’engager vers cet avenir partagé que j’appel de mes vœux.

A bientôt.

djexreveur superposition 2